De Laveline devant Bruyères à Gérardmer

  • Trajet global
  • css slideshow
Trajet global1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
css image gallery by WOWSlider.com v8.2

photo1

Depuis 1988 plus aucun train ne circule sur la ligne de chemin de fer entre Laveline-devant-Bruyères et Gérardmer. Aujourd’hui, 18 km de voie sont laissés à l’abandon et la nature a repris ses droits. Les herbes folles et les arbres envahissent cet espace.

Dans notre belle région, fréquentée par de nombreux touristes, il n’est pas concevable de laisser plus longtemps cette voie ferrée en l’état. Une solution s’impose pour valoriser cette friche : sa transformation en voie verte multi-activités.

Qu’est-ce qu’une voie verte?
Les voies vertes sont des aménagements en site propre réservés aux déplacements non motorisés. Elles sont destinées aux piétons, aux cyclistes, aux rollers, aux personnes à mobilité réduite dans le cadre du tourisme, des loisirs et des déplacements de la population locale. Elles doivent être accessibles au plus grand nombre, sans grande exigence physique particulière, sécurisées et jalonnées. En France il existe plus de 9000 km de voies vertes et leur réseau s’étend rapidement. Dans les Vosges, plusieurs voies vertes ont été ainsi aménagées au cours des dernières années, notamment celles de la Haute Moselle entre Remiremont et Bussang , de la Moselotte entre Remiremont et Cornimont, de la Haute Meurthe entre Anould et Fraize, de la vallée du Rabodeau.

Pourquoi aménager une voie verte?

Les nombreuses réalisations de voies vertes, tant en France qu’à l’étranger, montrent que celles-ci :

– renforcent l’attractivité touristique des communes qu’elles traversent et favorisent le développement d’un tourisme « vert » respectueux de l’environnement.

– génèrent des retombées pour l’économie locale : commerce, artisanat, hôtels, restaurants, gîtes, locations de vélo… et contribuent au maintien et à la création d’emplois dans le domaine des services, des loisirs et de l’aménagement.

Ce constat très positif est porteur d’espoir pour la vallée de la Vologne qui offre un écrin de verdure incomparable pour accueillir une voie verte. Les piétons et les cyclistes (en grand danger lorsqu’ils circulent sur la D423), les adeptes du roller et, en hiver, les skieurs, pourraient s’y déplacer en toute sécurité.

Dans notre vallée, sinistrée sur le plan économique, la création d’une voie verte aurait, à n’en pas douter, des répercussions bénéfiques sur les activités liées de près ou de loin au tourisme.

Une association pour porter le projet

L’association POUR LA VOIE VERTE DE LA VALLÉE DE LA VOLOGNE a été créée pour répondre aux sollicitations de nombreuses personnes qui croient en ce projet.

Nous avons mené de nombreuses actions de sensibilisation auprès du grand public et des acteurs locaux et régionaux du monde politique et socio-économique. Le projet est désormais connu et très attendu par toute une population amoureuse de la nature. Les procédures administratives sont longues et l’association s’efforce de lever tous les obstacles qui se présentent et ralentissent l’avancement du dossier.

Nous comptons sur vous pour réaliser ce beau projet.